Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



« Amener le public à pratiquer la Loire »

Bernard Prud’homme Lacroix est le directeur du Groupement d’intérêt public Loire Estuaire (GIP LE), installé sur l’Île de Nantes. Il raconte la Loire et son évolution.

Bernard Prud'homme Lacroix Bernard Prud'homme Lacroix
Dans le débat sur la Loire, le GIP Loire Estuaire a été auditionné comme grand témoin. Il pourra apporter sa connaissance factuelle afin d’éclairer le débat Nantes, la Loire et nous. Le Groupement d’intérêt public Loire Estuaire est en effet un outil technique. Il fournit des données et des analyses sur le fleuve et l’estuaire, au service du territoire et de ses projets. Il a été mis en place par et pour l’État, ses établissements publics (Grand Port maritime Nantes-Saint- Nazaire, VNF), les collectivités locales (Nantes Métropole, Conseil général, Conseil régional, CARENE), ainsi que les acteurs économiques (Association des industriels Loire Estuaire et Union maritime Nantes Port).
« Nantes a une relation forte avec la Loire du fait de son histoire, explique son directeur, Bernard Prud’homme Lacroix. Historiquement, le fleuve est d’abord une voie de navigation et une place portuaire. Comme beaucoup de villes, Nantes se développe à l’interface entre voie fluviale et voie maritime, comme Bordeaux ou Rouen. Ces villes de fond d’estuaire se sont développées avec le fleuve, voie de transport et ressource en eau, eau potable mais aussi agricole et industrielle. Le fleuve est alors un outil de travail. Nantes, avec notamment les chantiers navals, avait un lien économique fort avec le fleuve. Les fonctions portuaires du fleuve prédominaient.
« Les années 90 ont ensuite marqué un tournant pour la ville, poursuit le directeur du GIP Loire Estuaire. Les chantiers ferment (lancement du dernier navire en 1987) et le lien à la Loire change. Dans les vingt dernières années, se libèrent, en particulier sur l’Île de Nantes, de grands espaces urbains. Parallèlement, les premières prises en compte de l’environnement se font jour avec le constat de l’évolution du fleuve : abaissement des lignes d’eau, remontée du sel, développement du bouchon vaseux. Les aménagements urbains, les espaces publics, avec la transformation du site des chantiers mais également la biennale d’art contemporain Estuaire, ont amené le public à davantage pratiquer la Loire. C’est une expérience de découverte pour le grand public. Récemment, le débat Ma ville demain a révélé l’intérêt du public pour la Loire. Engager, aujourd’hui, un débat public sur la façon de construire la ville avec la Loire, développer les usages et la pratique du fleuve, arrive à point nommé. »

Gwenaëll Lyvinec

mise à jour le 2 janvier 2015



Question à Philippe Guillotin

Philippe Guillotin
Philippe Guillotin, directeur de l’Agence d’urbanisme de la région nantaise (Auran).

Quelle est l’implication de l’Auran dans le débat sur la Loire ?

« Nous avons réalisé un gros travail collaboratif avec Nantes Métropole. Ce débat sur la Loire prolonge ce que l’on a fait dans la démarche prospective Ma ville demain, inventons la métropole nantaise de 2030. À l’époque, les gens s’étaient montrés très intéressés par tous les sujets concernant la Loire. Le projet Nantes 2030 avait fait émerger ces problématiques-là de manière très claire. La Loire est un site à enjeux forts, tant sur le plan de l’activité industrielle ou environnementale, et bien entendu, sur sa dimension urbaine. Elle a des caractéristiques à préserver. Lorsqu’on a été sollicités pour préparer le document de base du débat sur la Loire, nous avons souhaité réaliser un document de référence, qui fasse le point sur l’état de la connaissance sur le sujet de la Loire et de la centralité métropolitaine et qu’il puisse être mis à disposition de tout le monde. Nous avons choisi une forme très accessible pour ce document socle et un découpage qui permette sa mise en ligne. On peut le lire de bout en bout ou par partie. Il offre, en même temps, plusieurs portes d’entrée. On peut ainsi l’aborder comme on l’entend. L’idée étant que chacun ait sa propre lecture du document et qu’il s’empare de ce sujet facilement. Il est téléchargeable par parties ou en intégralité sur le site http://www.nanteslaloireetnous.fr/le-debat/le-document-socle et sur le site de l’Auran. »
Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48