Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



À la rencontre de l’usine du futur

L’usine du futur était au cœur de la visite du ministre de l’Économie Emmanuel Macron, lundi 18 mai à l’usine Daher, à Saint-Aignan –de Grand-Lieu. Le ministre est ensuite allé à la rencontre des entrepreneurs de futur à l’école des Mines de Nantes.

Image. Emmanuel Macron, ministre de l’Économie est venu accompagné de Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole, à Saint-Aignan-de- Grand-Lieu découvrir l’entreprise Daher, exemple de l’usine du futur.
« Je veux gagner la bataille de la réindustrialisation ». C’est en ces termes qu’Emmanuel Macron, ministre de l’Économie  a amorcé la présentation de son projet pour l’industrie du futur, lors de sa visite de l’entreprise aéronautique Daher à Saint-Aignan-de Grand-Lieu. Un message fort sur un territoire qui a connu une désindustrialisation massive depuis ces trente dernières années. Aux côtés de Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole, le ministre a parcouru l’entreprise et découvert la nouvelle ligne d’automatisation du site métropolitain de Daher.

Le choix de ce site n’est pas dû au hasard. L’entreprise, qui emploie 8500 salariés dans le monde, dont 1 700 en Loire-Atlantique et 300 à Saint-Aignan-de-Grand-lieu, fabrique des clips de jonction de fuselage pour les avionneurs tels Dassault, Airbus, ATR… Et s’avère être « un formidable exemple de réussite industrielle », selon le ministre. « Elle est exemplaire dans le sens où elle a eu une progression formidable ces quinze dernières années avec beaucoup de créations d’emplois dans la région. Il n’y a pas d’économie qui marche sans prise de risque et cela suppose de l’agilité, une vision à long terme, ajoute Emmanuel Macron à l’attention des dirigeants de l’entreprise. Mais le projet d’industrie du futur, c’est un projet qui concerne toutes les entreprises en France et ça commence aujourd’hui. » L’usine Daher, qui a automatisé bon nombre de tâches jusqu’alors réalisées par les ouvriers conjugue ainsi production industrielle et efficacité numérique, un domaine d’excellence de la Métropole récemment labellisée French Tech. « Tous les airbus ont au moins une pièce fabriqué dans cette usine. Daher est une usine du futur, avance Joël Lempereur, directeur de région ouest de Daher en présentant la nouvelle ligne d’automatisation où sont réalisées certaines pièces. L’automatisation permet de limiter  le cycle d’une pièce, ainsi ce qui était réalisé en deux jours peut aujourd’hui l’être en une minute. Cela permet de réduire la pénibilité des tâches des ouvriers, d’être compétitif sur le marché, de se positionner sur de nouveaux secteurs. Et cela permet aussi de faire monter en compétence le personnel. En 2014, un salarié sur deux a été formé sur les nouveaux équipements. »

« Sur le territoire métropolitain, nous œuvrons déjà pour l’industrie du futur, précise Johanna Rolland. On le fait au travers des bio matériaux, au travers de l’avion du futur, mais c’est aussi ce que l’on fait au travers des industries culturelles et créatives parce que derrière, c’est un levier essentiel pour la création et le maintien de l’emploi. »

Nouvelle ligne automatisée, salle de drapage thermoplastique, détourage mécanique… la visite au sein de l’entreprise inaugurée en 2012 se poursuit, à la rencontre des ouvriers. « Nous devons réinvestir pour embaucher, avance le ministre de l’Économie. On ne construira pas l’industrie du futur sans une bonne politique de formation. Demain nous aurons besoin de nouveaux métiers.» Afin d’accompagner les entreprises vers ce « changement de mentalité », le ministre de l’Économie a annoncé  un investissement public de 3,4 milliards d’euros, qui s’ajoutent au 1,4 milliard d’euros déjà distribué en 2013.

Mais l’industrie du futur, c’est aussi la recherche, l’innovation et la créativité. C’est également cela que le ministre est venu découvrir dans la métropole nantaise, réputée « très dynamique sur la thématique de l’usine du futur ». La visite ministérielle s’est donc poursuivie du côté de la Chantrerie, à Nantes, à l’école des Mines où l’attendaient, aux côtés d’Axelle Lemaire, secrétaire d’État chargée du numérique, une quarantaine de chefs d’entreprises innovantes représentant les filières d’excellence du territoire, dans l’innovation numérique, les énergies renouvelables...
Texte : Gwenaël Lyvinec
Photo : Patrick Garçon
  • Suivez Nantes Métropole sur Twitter !

mise à jour le 28 mai 2015



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48