Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Le nouveau Voyage à Nantes

Tourisme : un moteur pour l'économie

La métropole mise sur le tourisme et la créativité pour dynamiser son économie et créer des emplois.

Un petit tour à dos d’éléphant ? Un passage aux Mondes marins ? Une croisière sur la Loire ? Ou peut-être une balade artistique au coeur de la ville ? L’offre touristique proposée par la métropole est foisonnante et chacun, Nantais ou non, peut aujourd’hui y trouver de quoi satisfaire son appétit. Afin de valoriser cette offre touristique, la structure Le Voyage à Nantes a été créée. Elle regroupe l’Office de tourisme ainsi que les atouts patrimoniaux, artistiques et créatifs de la métropole comme le Château des Ducs de Bretagne, les Machines de l’Île, les oeuvres d’Estuaire (Les Anneaux, Péage Sauvage, Lunar Tree, Serpent d’Océan, etc.) et quelques autres. Pour permettre à ces multiples propositions d’être plus visibles, la première édition de l’évènement Le Voyage à Nantes a été initiée en 2012. Quelque 600 000 visiteurs sont ainsi venus à Nantes. La manifestation a généré 48, 5 millions d’euros de retombées, soit 9, 1 millions d’euros de plus qu’en 2011. « Au regard de l’activité touristique nationale, précise Jean Blaise, directeur de la Société publique locale (SPL) Le Voyage à Nantes, nous avons fait 3,8 % de nuitées en hôtellerie de plus qu’en 2011, alors que toutes les autres grandes villes de France ont subi un recul de 2,2 % en moyenne. » De même, durant cette période, la fréquentation des bars et des restaurants a progressé de 8 % sur les mois de juillet et d’août 2012. Le chiffre d’affaires redistribué aux opérateurs touristiques privés par Nantes Tourisme (hébergement, restaurants, croisières, pour groupes, particuliers et entreprises) est passé de 1,14 million d’euros en 2010 à 2,14 en 2012. Lors de l’édition 2012, 200 entreprises régionales, dont 95 % implantées en Loire Atlantique, ont contribué à l’évènement Voyage à Nantes pour un chiffre d’affaires de près de 2,1 millions d’euros.

Miser sur la créativité
« Les retombées économiques du tourisme, nous les voyons certes à travers la consommation des touristes, souligne Valérie Demangeau, viceprésidente de Nantes Métropole en charge du tourisme et maire du Pellerin, mais aussi à travers le tourisme d’affaires, c’est-à-dire les chefs d’entreprise, les chercheurs, les entrepreneurs, les médecins, qui viennent en congrès et à qui on va dévoiler les facettes de la métropole. En fait, l’offre culturelle fait apparaître la métropole comme une destination de séminaires, de congrès, de colloques, plus attractive. Si on leur montre une ville agréable à vivre, créative, innovante, ils parleront de Nantes en dehors du territoire et auront envie d’y revenir pour leurs loisirs. » L’élue ajoute : « Nantes a un côté décalé, audacieux. Cette caractéristique se retrouve d’ailleurs dans toutes nos politiques publiques, déplacements, urbanisme, déchets… C’est notre marque de fabrique ! » Le Voyage à Nantes, sorte de laboratoire d’expériences artistiques, entend ainsi proposer « au moins 30 % de nouveautés chaque année, précise Jean Blaise. Avec le VAN, nous avons la volonté de créer un évènement qui résonne à l’extérieur. Nous avons la capacité d’inventer des formules qu’on exporte dans le monde, comme la Folle Journée, les Machines… C’est sur notre créativité que nous devons miser. C’est un véritable investissement que l’on fait aujourd’hui et qui va payer rapidement. »
L’an passé, une ligne rose traçait un parcours dans la ville et offrait aux curieux la découverte de patrimoines méconnus, d’oeuvres d’artistes, de lieux étonnants. Cette année, le Voyage à Nantes adopte la couleur verte. « À travers nos choix d’artistes, de lieux, nous avons essayé de coller à la Capitale verte, explique Jean Blaise. Tous les artistes abordent la question du développement durable d’une manière ou d’une autre. On songe d’ailleurs à créer un parcours 100 % durable. Dans ce sens, nous avons choisi de laisser la ligne verte au sol de manière pérenne. »

Gwenaëll Lyvinec
Photo : Patrick Garçon


Les éléments du dossier :


mise à jour le 3 juillet 2013



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48