Accès direct au contenu

se connecter

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de la Communauté Urbaine de Nantes


le 10 décembre 2010

Ma Ville demain : entretien avec Thierry Violland, directeur général de l’AURAN

« Il faut rêver à ce qui est possible »

Les 24 maires de la métropole nantaise ont confié à l’AURAN le pilotage de la démarche Ma ville demain. Ce projet invite chacun de nous à se plonger dans le futur et à imaginer la métropole nantaise en l’an 2030. Entretien avec Thierry Violland, directeur général de l’AURAN (Agence d’urbanisme de la région nantaise).

Thierry Violland, directeur général de l'AURAN Thierry Violland, directeur général de l'AURAN.

Pourquoi cette démarche 2030, Ma ville demain ?

 « Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis 20 ans, notre territoire connaît une vraie dynamique. Mais il est temps de se renouveler, il ne faut pas se laisser aller et se reposer sur ses acquis. Sinon, on prend le risque d’entrer en fin de cycle. Face aux mutations du monde actuel, face aux transformations de la société, face aux incertitudes et aux inquiétudes, il faut être capable de se projeter, d’anticiper, de préparer l’avenir. Cet avenir dépend de nous tous, chacun peut y contribuer, chacun peut apporter des idées pour répondre à cette question : dans quelle métropole veut-on vivre demain ? »


Bordeaux ou Toulouse mènent le même type de démarche 2030. Quelle est l’originalité de la démarche nantaise ?

« Habituellement, les institutions proposent un projet et demandent ensuite aux habitants de réagir, de donner leur avis, puis elles tranchent. Là, c’est vraiment différent. Notre objectif est de co-élaborer le projet ensemble. Toutes les questions sont ouvertes, toutes les propositions sont les bienvenues et seront publiées sur Internet. Par la suite, chaque idée ne sera pas reprise telle quelle, mais toutes les propositions contribueront à tracer les grandes lignes du futur projet de métropole nantaise. Chacun peut être acteur de son avenir et de l’avenir collectif du territoire. »


Qui peut participer à cette aventure collective qui va durer deux ans ?

 « Tout le monde. Habitants, experts, techniciens, associations, élus, doivent se prononcer, s’investir, participer. Les seniors, les jeunes, enfants et étudiants, les parents, tous ont des choses à dire. Il est important de souligner qu’il s’agit de concevoir un projet de société locale. Alors que le territoire se développe, accueille de plus en plus d’habitants, voit le nombre de seniors augmenter, comment bien vivre ensemble dans 20 ans ? Quelles sont les bonnes questions à se poser ensemble ? Sur le développement économique, les transports, l’environnement, les loisirs, la qualité de vie, l’architecture, tout est ouvert. »


Ce n’est pas forcément évident de se projeter dans 20 ans…

« Ça peut paraître loin, en effet. Mais c’est demain, en fait. Le sujet central de cette démarche, c’est la vie des gens. Les enfants qui naissent aujourd’hui seront étudiants ou salariés dans 20 ans. Ceux qui ont 20 ans aujourd’hui seront aux manettes du territoire en 2030. Les parents seront eux à la retraite. Venez donc parler de votre vie et de la vie que vous souhaitez avoir dans les prochaines années. Faites valoir votre point de vue. Il faut rêver à ce qui est possible. Cela aura une influence sur les choix qui seront faits. »


Il faut donc oser être imaginatif ?

« Oui, bien entendu. Notre métropole a des forces créatives, émergentes, un foisonnement d’énergies et d’initiatives qui sont nées du projet que nous avons mené depuis 20 ans. Maintenant, ces forces doivent élaborer le nouveau projet de métropole, le co-construire avec nous. Ces forces sont sur l’ensemble des 24 communes de la métropole nantaise. Les 24 maires, qui sont à l’origine de cette démarche 2030, seront au premier rang pour animer ce grand rendez-vous, le faire vivre et surtout donner à chacun l’envie de participer. »


Propos recueillis par David Pouilloux

mise à jour le 13 juillet 2011



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48 | Fax 02 40 99 52 99