Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Plus de tram, nouveau bâtiment santé, boutiques à l’essai : l’essentiel du conseil métropolitain

Ce vendredi 24 mars 2017, les élus ont voté des décisions en faveur des transports, du commerce ou encore de l’enseignement supérieur, lors du conseil métropolitain. Ce qu’il faut retenir de ces choix qui préparent l’avenir.

61 nouvelles rames de tram et des bus jusqu’à 2h30 le vendredi



C’était annoncé par Johanna Rolland
, c’est voté ! La  Métropole va investir 234 millions d’euros – l’équivalent d’une année entière d’investissement pour la collectivité - pour remplacer les vieilles rames de tramway Alstom qui arrivent en fin de vie. Le marché prévoit aussi l’achat de 15 rames supplémentaires pour développer le réseau TAN à l’ouest de l’île de Nantes, et au-delà du périphérique jusqu’à Babinière. Autre mesure adoptée : l’extension du service de nuit jusqu’à 2h30 le vendredi soir, au lieu de 0h30, comme le samedi.
Campus : un nouveau bâtiment santé à Gloriette



La Métropole va investir 8 millions d’euros – plus de la moitié du coût du projet - dans la construction d’un nouveau bâtiment universitaire sur l’île Gloriette, rue Bias. Le projet, inscrit dans le cadre du futur quartier de la santé, verra le jour en 2020. Il permettra d’accueillir les étudiants de première année de médecine, l’UFR de pharmacie,  la bibliothèque universitaire santé, les doctorants et enseignants chercheurs de l’Institut de recherche en santé ainsi que les personnels administratifs de la présidence de l’Université. Soit au total 840 étudiants et 200 personnels.
Tester son projet de commerce avec Ma boutique à l’essai



Nantes Métropole a choisi d’adhérer à la Fédération nationale des boutiques à l’essai pour mettre en place le dispositif « Ma boutique à l’essai » qui permet de tester, pendant plusieurs mois, son projet de commerce en s’installant dans un local commercial vacant tout en bénéficiant d’un accompagnement spécifique. « Le but est de permettre aux boutiques de tester leur activité grandeur nature », souligne Jeanne Sotter, élue déléguée au commerce. L’objectif étant, bien entendu, qu’il s’installe durablement dans le local. Nantes Métropole assurera la médiation avec les propriétaires privés pour remettre leurs locaux vacants de centre-ville, centre-bourg ou quartier du territoire en activité. « Cela doit conduire à la fois à dynamiser le commerce, mais également à favoriser sa diversité », insiste Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole.
Une politique d’achats responsables



Chaque année, le montant des achats publics s’élève à plus de 430 millions d’euros pour Nantes Métropole et la Ville de Nantes. « C’est un véritable levier pour tirer le territoire vers un développement plus responsable, promouvoir l’emploi, l’égalité des chances, l’agriculture locale ou les circuits courts », explique André Sobczak, vice-président chargé de l’Europe et de la responsabilité sociétale des entreprises. Les deux collectivités activent ce levier depuis plus de 15 ans à travers les clauses sociales ou environnementales dans les marchés de travaux et la restauration scolaire, les clauses carbone pour la voirie et l’éclairage public, l’achat de fournitures éco-responsables ou encore le recours aux structures adaptées pour la blanchisserie ou les espaces verts. Pour aller plus loin, la Métropole a adopté un schéma de promotion des achats socialement et écologiquement responsables (Spar). L’objectif ? Renforcer ses actions et les développer à d’autres secteurs. « Plus de 4 000 personnes ont bénéficié d’un contrat de travail depuis le lancement des clauses d’insertion dans nos marchés de travaux, mais ce sont surtout des hommes,  explique André Sobczak. Nous voulons utiliser ce même type de clauses par exemple dans les services pour toucher davantage les femmes ».

24 millions d’euros pour la protection et restauration des cours d’eau



Après trois contrats successifs entre le début des années 1990 et 2009, puis de 2011 à 2015, Nantes Métropole et l’Agence de l’eau Loire-Bretagne relancent le plan « Neptune » destiné à préserver la ressource en eau sur la métropole. « 63 actions sont programmées entre 2017 et 2019 pour lutter contre les fuites sur le réseau d’eau potable, réduire les rejets d’eaux usées dans les milieux aquatiques, mais aussi entretenir les 7000 km de canalisation de la métropole, réhabiliter les réseaux d’assainissement ou mettre aux normes 150 installations de particuliers par an », explique Mireille Pernot, vice-présidente chargée de la production et de la distribution de l’eau potable. Neptune 5 se chiffre à 24,1 M€, dont 13,3 M€ financés par l’Agence de l’eau. Les plans précédents ont permis par exemple le doublement de la station d’épuration de Tougas, la création d’une prise d’eau de secours dans l’Erdre ou, tout récemment, la restauration et la mise en valeur des marais de l’Erdre, puis de Chézine (en cours).

Le saviez-vous ?

Plus de 11 000 personnes ont bénéficié de la tarification solidaire de l’eau, expérimentée sur Nantes Métropole depuis l’été 2016. Grâce à cette aide, les foyers modestes ont allégé leur facture de 57 euros en moyenne, l’aide allant de 10 à 374 euros selon les revenus.
Pour 2017, les ménages modestes peuvent en faire la demande auprès de leur mairie jusqu’au 30 novembre.________________________

Commentez la séance du Conseil métropolitain sur Twitter avec le hashtag #DirectNM.

mise à jour le 28 mars 2017



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48 | Fax 02 40 99 52 99