Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Vision 3

Une métropole intensément locale

La troisième vision de la métropole nantaise en 2030 dessine un projet de société fondé sur la production et la consommation locale. Une métropole où les citoyens sont investis dans la vie de la cité.

Faisons un voyage dans le temps. Nous voilà en 2030. Le monde a changé. La réduction des ressources en énergies fossiles (gaz, pétrole) et les politiques de développement durable ont fait

La métropole a su préserver et développer son art de vivre.

se développer à grande vitesse énergies renouvelables et recyclage. Éoliennes et réseaux de chaleur font partie du paysage de la ville. Chaque habitant contribue à alimenter, avec ses déchets quotidiens, l’énergie de la communauté via un gigantesque réseau de chaleur fonctionnant avec la biomasse (bois énergie, biocarburants, biogaz et agrobiomasse).
En vingt ans, la métropole a su préserver et même développer son art de vivre. La qualité de vie nantaise est devenue une référence. L’investissement personnel des citoyens est important. Des débats participatifs sont organisés pour les décisions importantes de la métropole. Les habitants s’engagent dans de multiples projets participatifs et associatifs. Les nouveaux retraités suppléent les jeunes dans les premières années de travail, tiennent les crèches. Des étudiants échangent de leur temps avec les anciens contre un logement. Chaque actif peut se former à un autre métier, à n’importe quel moment de la vie, grâce à un système local de formation. Entre 2010 et 2030, la société s’est organisée en intégrant les différentes formes de solidarité. L’investissement bénévole est totalement reconnu et valorisé et peut servir de tremplin pour trouver un emploi. La monnaie locale, les systèmes d’échanges locaux, le troc de services ou de produits cohabitent avec l’économie traditionnelle. L’organisation à l’échelle du quartier limite les déplacements en voiture, au profit des réseaux de pistes cyclables et des transports collectifs. On prend davantage le temps, par la force des choses. De fait, la vie locale, dans les quartiers ou les communes, est très développée, au point que les quartiers fonctionnent en quasi-autonomie côté emploi, déplacements, services, lien social… Chaque quartier héberge une population variée et mixte (jeunes, familles, retraités, actifs, cadres, ouvriers, etc.).
Au fil des deux décennies passées, l’environnement, essentiel au bon fonctionnement de la cité et à la qualité de vie, a été préservé. Les espaces publics se muent régulièrement en agoras, où se font les rencontres citoyennes. Chacun s’investit à son échelle pour préserver la biodiversité. L’agriculture locale, ceinture verte périurbaine, fonctionne à plein et alimente la métropole. Les jardins partagés se déploient. Se nourrir de sa propre production est de plus en plus fréquent en ville. L’autoconstruction est plébiscitée pour réduire le coût de réalisation dans une société où la vie courante devient chère. Les nouveaux logements réalisés sont très économes en énergie.
Ce fonctionnement basé sur l’économie sociale et solidaire, sur le local, où la biodiversité est visible, est un modèle qui attire les touristes et les curieux qui souhaitent comprendre comment les quartiers fonctionnent, les innovations sociales étant reconnues internationalement.

Gwenaëll Lyvinec


Les forces :  

  • capacité à faire face aux crises nationales ou mondiales, et à la raréfaction des financements publics
  • qualité de vie avec lien social au centre du système
  • une attractivité de niche qui génère une forte notoriété de la métropole


Les faiblesses :

  • obligation d’un engagement de tous les citoyens
  • agglomération se repliant sur elle-même, tout comme les quartiers et les communes
  • le repli sur soi peut paupériser le territoire et rendre difficile les politiques de cohésion sociale

mise à jour le 6 février 2014



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48