Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Dans le même bateau

Olivier Robé et Thomas Georgelin lancent ShareMySea, un service pour rendre la mer accessible à tous et qui pourrait devenir le BlaBlaCar de la mer.

Aucun homme ou femme n’est une île. Il ou elle appartient au continent de l’humanité. On pourrait dire aussi que nous sommes tous dans un seul et même bateau, qu’il file droit sur l’eau, qu’il tangue ou qu’il coule. Olivier Robé et Thomas Georgelin sont unis par l’amitié, la mer et une entreprise créée en commun il y a 20 ans, ImagesCréations. Mais depuis quelques mois, ces pionniers d’Internet se sont lancés dans une nouvelle aventure qui a la force et l’immensité du monde de l’eau. Ces deux passionnés d’océan ont envie de mettre tout le monde sur le pont grâce à une application mobile ShareMySea (Partage la mer) et une plateforme web du même nom. « Nous voulons démocratiser la mer, déclare Thomas Georgelin. La mer est difficile d’accès. Je vous livre un chiffre : 5 % des Français ont mis le pied sur un bateau en 2015. Aux États- Unis, c’est 45 %. Cela montre que, dans notre pays, beaucoup de personnes ne franchissent pas la première marche vers la mer. Pour quelle raison ? Entre autres, parce qu’elles n’en ont pas forcément les moyens, pas le permis ou pas la culture. » Olivier Robé, cofondateur et directeur de l’agence ImagesCréations, ajoute : « Dans un port, un bateau sort en moyenne 2 à 4 jours par an. Il est facile d’imaginer qu’il pourrait servir davantage. »

Ce dernier, né au Gabon, entouré de dauphins, de baleines et de tortues luths, a connu très tôt les joies des flots. « Mon père avait un bateau, et c’est souvent comme ça que la passion se transmet, raconte-t-il. À 13 ans, j’ai eu le mien et je partais toute la journée. Plus tard, j’ai fait partie de ceux qui étaient sur les ports à regarder les bateaux partir au large et rentrer au port, sans avoir les moyens de m’offrir un bateau. » L’idée de ShareMySea sommeillait sans doute là, de cette frustration de ne pouvoir partir. Pour son alter ego de l’eau, Thomas Georgelin, les souvenirs maritimes les plus marquants remontent à ses jeunes années passées sur l’Île d’Yeu. « J’y vais depuis que je suis né. De mes cinq ans à mes dix ans, tous les matins, je prenais mon petit vélo pour aller suivre mes cours à l’école de voile qui s’appelait C.A.V.A.L, tout au bout de l’île. C’était le début de l’aventure, de la navigation, de l’autonomie, de la responsabilité et du plaisir d’être sur l’eau. » Une vingtaine d’années sont passées et les deux enfants ont laissé la place à deux hommes ayant découvert que deux de leurs grands-pères avaient travaillé à la même époque dans les Chantiers de l’Atlantique. Les deux petits-enfants ont, eux, fait leurs études et créé ensemble une entreprise qui a survécu aux tempêtes d’Internet, là où bon nombre de startup du Web ont sombré dans les années 2000. Ils conçoivent avec leur équipe d’une quinzaine de personnes des sites et des applications pour les entreprises et les collectivités. En avril prochain, ils installeront officiellement, après déjà 6 mois de présence, leur première filiale au Canada.

Ils ont les reins solides aujourd’hui et l’appétit de quadras au regard porté vers le large et le partage. Le monde du digital secoue l’économie comme jamais, change les usages, notamment de particulier à particulier. Cette vague numérique déferle aujourd’hui sur le monde de la mer. « Airbnb, Le bon coin ou BlaBlaCar sont des réponses aux usages d’aujourd’hui, estime Thomas Georgelin. ShareMySea pourrait être le BlaBlaCar de la mer. » « Share my sea est principalement une application mobile, précise Olivier Robé. Je dis “principalement”, car le service sera aussi porté sur un site web. C’est une plate-forme de mise en contact de plaisanciers avec des personnes qui n’ont pas obligatoirement de bateaux. Il s’agit de proposer des sorties en mer, soit gratuitement, soit en partageant les frais (“la caisse de bord”), sans bénéfice possible. Pour nous qui offrons ce service, il y a une commission sur chaque transaction réalisée. Nous pensons que des millions de personnes, sur les quais des ports, se sont dit un jour : “tiens, je monterais bien dans ce bateau qui passe devant moi”. D’autres, sur les bateaux, se disent qu’ils aimeraient partir plus souvent, avec de la compagnie à bord. Notre application permettra la mise en relation. » ShareMySea ? La mer pas si chère.

www.sharemysea.fr

David Pouilloux
 

mise à jour le 1 mars 2016



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48 | Fax 02 40 99 52 99