Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Un nouveau festival consacré à l’agriculture urbaine

C’est une première à Nantes. Du 18 au 19 mars, l’association Nantes Ville Comestible organise avec plus de 40 partenaires, la 1ere édition des 48 h de l’agriculture urbaine. Au programme, une cinquantaine d’animations réparties sur le territoire.

Image.
Le programme est riche. Ateliers pratiques, chantiers participatifs citoyens, visites de fermes et de jardins, mais également des découvertes gustatives ou des expériences insolites...les 18 et 19 mars prochains, la métropole va vivre au rythme de l’agriculture urbaine. L’association Nantes Ville Comestible organise avec plus de 40 partenaires, les 48h de l’agriculture urbaine. « C’est une idée qui nous trottait dans la tête depuis un certain temps. Nous voulions identifier, fédérer et promouvoir les acteurs de l’agriculture urbaine sur le territoire. L’an dernier nous avons découvert les 48 h de l’agriculture urbaine organisées par l’association la Sauge à Paris et nous nous sommes dit qu’un tel festival serait un excellent outil pour tisser des liens », raconte Yann Lescouarch, membre de l’association. Cette année, le festival parisien a fait des émules et sera décliné dans plus de 10 villes en France – dont Nantes - mais aussi en Belgique. « Le format du festival nous a plu, avec un choix riche et varié d’animations et de choses à faire réparties sur l’ensemble du territoire », explique Yan Lescouarch. 

Des thématiques qui interpellent

L’association Nantes Ville Comestible qui est un des Activateurs du grand débat sur la transition énergétique a pu boucler son projet grâce à une campagne de financement participatif.  « Le territoire de la métropole nantaise est un véritable foyer, à l’échelle nationale, de l’agriculture urbaine.  Il suffit de voir le nombre d’animations que nous sommes capables de mettre en place pour cette première édition. Il y a un vivier associatif et entrepreneurial sur lequel nous pouvons nous appuyer et ce n’est que le début. Et puis, les pouvoirs publics envisagent et soutiennent aujourd’hui ce genre de pratiques. Il y a une vraie demande du citoyen. Ce sont des thématiques qui interrogent et qui interpellent », détaille Yann Lescouarch.

Un festival à la carte

Du jardin de la Nizanerie sur l’île de Nantes, en passant par les Ateliers de Bitche (avec notamment une soirée festive le samedi soir) ou les ateliers écolo-citoyens à Orvault, plus de 25 lieux accueilleront le public. Et ce n’est pas terminé, puisque jusqu’à la veille de l’événement, les associations qui le souhaitent peuvent déposer sur le site une proposition de micro-événement. « En fait, c’est le citoyen qui se construit son parcours. Grâce à une carte interactive disponible sur le site, on peut sélectionner son cheminement parmi la cinquantaine d’animations prévues », précise l’association Nantes Ville Comestible. « Social et festif », « convivial et éducatif », « Les mains dans la terre »...chacun peut faire son programme en fonction de ses envies. « L’objectif, rapporte Yann Lescouarch c’est que le festival devienne récurent, un peu comme la fête de la musique et revienne chaque année, autour de la date symbolique du début du printemps ».

mise à jour le 13 mars 2017



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48 | Fax 02 40 99 52 99