Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Québec, capitale des échanges numériques (1/2)

Début avril, une délégation d’une centaine de personnes, notamment des scientifiques et des entrepreneurs du Web, ira à Québec lors de la Semaine du numérique. Un moment fort d’échanges politiques, économiques, culturels et scientifiques, entre la métropole nantaise et Québec.

Québec
De l’autre côté de l’Atlantique, la Belle Province accueillera bientôt une foultitude de Nantais. La ville de Québec, du 4 au 9 avril prochain, verra débarquer une importante délégation nantaise constituée de chercheurs, d’entrepreneurs et d’une poignée d’élus, dans le cadre de la Semaine du numérique. Les chercheurs viendront pour la conférence Intelligences Numériques, menée sous la houlette de l’Université de Nantes et de l’Université Laval à Québec qui coopèrent pour l’occasion. L’un des autres moments forts de cette semaine sera le Web à Québec (WAQ). « Le WAQ est l’équivalent du Web2day, un événement annuel qui se déroule à Nantes et qui rassemble 2 500 passionnés du Web », explique Francky Trichet, adjoint au maire de Nantes et conseiller communautaire en charge du numérique et de l’innovation à Nantes Métropole. Mais le monde du Web ne sera pas le seul à représenter Nantes- Saint-Nazaire, ainsi que Rennes et Saint-Malo, également présents. « Cette semaine est une opportunité pour nos entreprises, grands groupes, PME et surtout start-up, explique l’élu. Pour les plus petites d’entre elles, notamment, c’est plus facile d’y aller en délégation pour découvrir un nouveau marché que de tenter l’aventure seules. Le Québec est une belle porte d’entrée pour s’ouvrir le marché de l’Amérique du Nord, soit pour s’y implanter, soit pour trouver des partenaires économiques. »

La CCI International et la Région Pays de la Loire sont d’ailleurs parties prenantes de ce déplacement où des rendez-vous business seront organisés. Car l’un des autres aspects importants de ces rencontres transatlantiques est là : donner envie à des entreprises québecoises de venir s’installer sur la métropole nantaise. « Promouvoir notre territoire à l’international est un moyen d’attirer des entreprises et de créer des emplois, estime Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole. Mais au-delà des échanges économiques, il y a aussi la volonté de renforcer les liens politiques, culturels et scientifiques entre nos deux villes. » « Nous avons beaucoup de points en commun avec Québec, rappelle Francky Trichet. C’est une ville d’une taille comparable, en pleine mutation, au bord d’un fleuve, avec un écosystème économique porté sur le numérique et les industries culturelles et créatives. Il est important de croiser nos façons de penser et nos manières de faire, de marier nos écosystèmes. De part et d’autre, il y a l’ambition de fabriquer la smart city à la nantaise ou à la québécoise, c’està- dire une ville des intelligences partagées. » Une différence néanmoins entre Nantes et Québec ? « Eux ont les baleines, nous on a l’Éléphant. »
 
David Pouilloux

Structures en pleine lumière

Structures, entreprise nantaise, imagine des lampes connectées et des aménagements de luminaires pour les grandes enseignes. Elle sera présente à la semaine du numérique à Québec.


Au départ, il y a une lampe qui peut s’enrouler, se tenir droite sur ses 2 m de haut et s’adap ter aux usages du quotidien. Imaginée par Nicolas Pichelin, navigateur, elle est à l’origine de la création de Structures, entreprise nantaise créée par Nicolas et son ami d’enfance, Jean-François Michon, président de l’entreprise. Née en 2012, Structures est déjà dans une dynamique ascendante. Tourné vers l’innovation, elle utilise des matériaux (composites, carbone…) et des systèmes d’accroche (ventouses…) inspirés des bateaux pour réaliser des lampes originales et fonctionnelles. Sa particularité : elle a créé et fait breveté un support connecté qui s’adapte à différentes têtes illuminées.

Une idée dans l’air du temps qui lui vaudra d’être lauréate de la Creative Factory au Quartier de la création, puis de signer une convention d’accompagnement avec Atlanpole, pépinière de projets innovants de la métropole nantaise. La vente de la lampe WAaF, du designer nantais Pierre Stadelmann, confirme d’ailleurs cet essor : mascotte de l’entreprise, elle est maintenant en vente partout dans le monde. « Nous voulons rester innovants », assure Jean-François, ancien directeur merchandising dans le textile. Nous sommes aussi créateurs d’ambiance sur de l’aménagement de lumières sur mesure pour les hôtels, restaurants, cafés, grandes enseignes », révèle-t-il, dévoilant la dernière création, une lampe inspirée de la fleur de pissenlit (la Wish) éclairée de 540 fibres optiques.

L’entreprise, en pleine croissance, a plus que doublé son chiffre d’affaire en 2015. « Nous projetons d’embaucher six personnes d’ici 3 ans, précise le quadragénaire. Nous sommes d’ailleurs en train de faire une levée de fonds pour passer à la phase d’accélération. » Pour développer sa clientèle, Structures parcourt les salons, mais sera également à Start West, le rendez-vous de l’Ouest des investisseurs organisé par Atlanpole le 30 mars à Nantes, et au WAQ, Semaine du numérique à Québec, en avril. « C’est une opportunité pour nous, s’enthousiasme Jean-François. Aujourd’hui, nous avons des partenaires qui nous permettent de vendre en Scandinavie, en Corée, au Japon, à Singapour, au Mexique et aux USA. Participer au WAQ nous permet de nous ouvrir à un nouveau marché, de rencontrer des entrepreneurs et de potentiels clients. »
 
Gwenaëll Lyvinec

Une start-up sportive !

L’École centrale de Nantes héberge l’une des plus prometteuses start-up de la métropole nantaise : Sport In Town. Sa raison d’être : rendre le sport accessible à tous.


Lorsque l’on arrive sur le site verdoyant de ce haut lieu de la formation d’ingénieurs, on découvre au sein de la pépinière d’entreprises de l’École centrale de Nantes, le visage tranchant comme une lame de David Lalès. À 28 ans, ce handballeur à ses heures est un jeune patron aussi décontracté qu’intarissable sur Sport in Town. Pour celles et ceux qui ne pratiquent pas l’anglais, Sport in Town signifie « Sport en ville » . « Sport in Town est une application destinée aux organisateurs d’événements sportifs, explique ce natif de Cherbourg, ancien élève de l’École centrale. Cette application leur permet de gérer les inscriptions en ligne, de promouvoir cet événement et d’attirer plus de participants. »

Dans le monde très concurrentiel des applications pour événements, Sport in Town affirme sa singularité en misant tout sur la pratique sportive. « On est vraiment spécialisé dans le sport, c’est notre marque de fabrique, insiste David Lalès. Notre application est un site web, une plate-forme qui s’adapte à chaque événement sportif et aux besoins des organisateurs. Elle concerne tous les sports, à commencer par les sports d’équipes (rugby, handball, football, etc.), mais aussi les sports individuels, comme la course à pied, le judo ou le tennis. » Un défi sur le papier, mais une formalité sur le Web !

Actuellement, Sport in Town assure plusieurs centaines d’inscriptions par jour pour environ 500 événements sportifs se déroulant dans l’année. Les clients ? « On travaille avec des grandes écoles, des clubs, des fédérations, des comités départementaux ou régionaux. Notre objectif est de rendre le sport accessible à n’importe quel amateur. » L’esprit de l’entreprise est celui d’une start-up en pleine croissance. Une équipe d’une douzaine de personnes aujourd’hui, sans doute vingt à la fin de l’année, profite d’une table de ping-pong, d’un distributeur de boissons et de consoles de jeux vidéo, et tout ça en tenues sportives. « On peut travailler efficacement sans avoir de chaussures cirées », lance David Lalès.

Le départ au Web à Québec ? « C’est une première visite du continent nord-américain sur lequel je n’ai jamais mis les pieds, une façon de m’imprégner de l’état d’esprit, de découvrir les mentalités, de rencontrer d’éventuels partenaires. Aller là-bas, c’est aussi créer des relations humaines. Les affaires ne se font pas par téléphone. Et puis, il faut penser à notre développement à l’international. »

David Pouilloux

Les Termites à Québec !

La Termites Factory ? Une start-up nantaise qui concocte des histoires pour tous les supports. Elle sera à Québec à la conquête d’un marché francophone très friand de dessins animés. « C’est une chance pour nous d’être du voyage, déclare Rémi Guérin, directeur général de la Termites Factory. Nous allons pouvoir expliquer là-bas qui nous sommes et ce que nous faisons à Nantes. » Romanciers, dessinateurs, scénaristes, l’équipe de la Termites Factory veut apprendre de l’ailleurs. « Nous avons des métiers en commun, mais une culture différente, continue Rémi Guérin.

Le Québec est une province francophone. Beaucoup de jeunes artistes talentueux, notamment des Français, s’y sont installés et travaillent dans le domaine de l’animation. On a une envie folle de les rencontrer et de monter des projets avec eux. Le Québec fait beaucoup d’efforts pour attirer les talents. Pour nos élus français, c’est un bon moyen de savoir pourquoi ça marche aussi bien au Québec et, pourquoi pas, ainsi leur donner l’idée d’importer ce modèle chez nous, en France. Le Québec est une porte vers le Canada et vers les États-Unis. Mais nous pensons que Nantes est le bon endroit pour rayonner à l’international. »
David Pouilloux


mise à jour le 21 mars 2016



C’est quoi la Semaine
du numérique à Québec ?

Du 4 au 9 avril 2016, environ 1 000 participants convergeront à Québec pour la Semaine du numérique. Cinq événements à se mettre sous la dent : le Web à Québec (6e édition), Pixel Challenge, une compétition de création de jeux vidéo, Pixel Média, la plateforme d’échanges de contenus multiécrans, Opportunités digitales, un rendez-vous pour faire des affaires, et Intelligence numérique, le congrès scientifique.

Célébration de la Francophonie

Nantes a été choisie par l’Organisation internationale de la Francophonie comme ville de célébration du 20 mars, Journée mondiale de la francophonie, dédiée cette année au Pouvoir des mots. La Secrétaire Générale de la Francophonie, Mickaelle Jean, viendra à Nantes accompagnée de Michel Robitaille, Délégué général du Québec en France. Les animations de Nantes en francophonie se tiendront du 9 au 24 mars.

Nantes Digital Week 2016

Du 15 au 25 septembre, se tiendra le grand rendez-vous des acteurs du numérique à Nantes, la Nantes Digital Week.
Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48 | Fax 02 40 99 52 99