Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Ouest Médialab, la locomotive nantaise des médias du futur

Ouest Médialab, le premier cluster des médias du Grand Ouest, doublé d’un laboratoire où on invente les médias de demain, vient de souffler ses trois premières bougies.

Julien Kostrèche, Philippe Roux et Jean-Pierre Guédon, fondateurs du Ouest Médialab. Julien Kostrèche, Philippe Roux et Jean-Pierre Guédon, fondateurs du Ouest Médialab.
On les a aperçus en septembre dernier à Nantes lors de la Digital Week, l’évènement dédié aux cultures numériques. On les a vus l’année précédente à la Cantine numérique de Rennes, puis on les a croisés à Angers. Mais qui sont ces Ouest- Médialabiens si nomades? À l’origine, en 2011, trois hommes issus respectivement du monde de la recherche scientifique, Jean-Pierre Guédon, enseignant- chercheur à Polytech Nantes, du monde de l’édition de logiciels, Philippe Roux, et du monde des médias, Julien Kostrèche.

Un laboratoire pour bousculer les habitudes
Aujourd’hui, Ouest Médialab, parrainé par Eric Scherer, directeur de la prospective et de la stratégie numérique à France Télévisions, catalyse des projets qui concernent les contenus (presse en ligne, télévision, vidéo, publicité) et phosphore autour des nouvelles formes d’écritures numériques et collaboratives, tel le « transmédia » qui permet, par exemple, de suivre les épisodes d’une série diffusée à la télé et de la modifier en allant sur le site Web éponyme. « Nous sommes l’une des premières structures à accompagner la digitalisation des médias, soulignent Philippe Roux et Julien Kostrèche, cofondateurs de Ouest Médialab (cofinancé par Nantes Métropole). Nous nous adressons aux jeunes, aux professionnels des médias, mais aussi aux responsables de la communication du monde associatif et entrepreneurial. Internet bouscule les habitudes, et nous, nous accompagnons ceux qui souhaitent s’adapter. » Notamment lors d’événements, tels le Hyblab (atelier interécoles de datajournalisme, programmé tous les ans à Nantes depuis 2012), et les apéros Storycode (workshops thématisés, ouverts à tous et organisés dans plusieurs villes du Grand Ouest).

Un cluster pour aller de l’avant
Ouest Médialab regroupe médias, agences de communication, établissements d’enseignement supérieur et entreprises (80 adhérents en 2014), tels le groupe Ouest France, la lettre API, l’Université de Nantes, l’entreprise Dictanova… « Nous voyons tout le paysage médiatique, tout en insufflant nos idées au niveau de la formation et de la recherche pluridisciplaire, affirme Jean-Pierre Guédon, président de Ouest Médialab. L’Université va être impactée par la “ révolution ” numérique. Les universitaires doivent être prêts ! » Aux dernières nouvelles, Ouest Médialab est en train de « concocter » (avec l’Université de Nantes, l’École de design et le Centre de formation des professionnels du journalisme), pour la rentrée 2015, le premier et tout nouveau diplôme universitaire (DU) « médias+design+data », complètement transdisciplinaire.

Cécile Faver

www.ouestmedialab.fr



« Les sujets citoyens nous concernent tous »

François C., 21 ans, étudiant ingénieur à Polytech Nantes, membre de l’équipe L’Express. Projet de dataviz : autour de la qualité de l’air.
« Participer au Hyblab donne un petit aperçu de ce que sera notre vie professionnelle, en relation avec plusieurs corps de métier. Ce qui m’a beaucoup intéressé, ce sont les sujets citoyens parce qu’ils nous concernent tous. Et puis, avec les données auxquelles on a eu accès, on se rend compte qu’on peut faire beaucoup d’erreurs, par exemple quand plusieurs fichiers n’ont pas le même nom alors qu’ils contiennent les mêmes types de données. Le Hyblab, c’est aussi un moment passé hors les murs de Polytech ! »




« On peut faire parler les chiffres, et ça les rend sympas »

Dzidzor G., 25 ans, étudiante à SciencesCom, membre de l’équipe La Lettre API. Projet de dataviz : comparaison des pôles de compétitivité dans l’Ouest.
« C’est la première fois que je travaille en datajournalisme. Au début, je me suis sentie un peu perdue. On avait beaucoup de données au départ, maintenant on les trie pour faire une dataviz pratique, qui, elle, doit raconter l’histoire que l’on veut. On peut faire parler les chiffres, et ça les rend sympas ! Dans les médias, ça aide à mieux comprendre les enjeux économiques de notre société et à les faire comprendre à tout le monde. C’est l’avenir ! » 




« C’est un peu le dictionnaire de demain »

Zoë L., 22 ans, étudiante à l’AGR, membre de l’équipe Journal des Entreprises. Projet de dataviz : quelle est la 2e ville numérique de France après Paris ?
« Plonger dans le datajournalisme, travailler avec d’autres écoles, c’est un challenge ! J’avais des craintes au début. Après une première matinée, je trouve que c’est une première approche très complémentaire de nos cours de web design et de langage HTLM. On comprend mieux les étudiants de Polytech puisqu’on parle la même langue ! Je comprends mieux aussi la portée universelle du datajournalisme, et comment on peut apporter une touche graphique moderne et attractive. C’est un peu le dictionnaire de demain ! »

Propos recueillis par Cécile Faver

mise à jour le 10 mars 2015



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48 | Fax 02 40 99 52 99