Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Le robot humanoïde Nao aide de jeunes autistes à communiquer

Après un an d’initiation à la robotique pour six adolescents souffrant de troubles autistiques, l’heure est au premier bilan, et il s’annonce très satisfaisant. Grâce aux efforts conjoints du personnel hospitalier du CHU, de Stereolux, de l’association Robots! en partenariat avec l’Ecole Centrale Nantes, les progrès réalisés par les adolescents se ressentent même dans leur vie quotidienne. Retour sur cette formidable performance !

C’est sous le nom de code Rob’Autisme qu’en 2014-2015, des ateliers d’une heure d’initiation à la robotique ont permis à des adolescents souffrant de troubles autistiques de communiquer par l’intermédiaire du robot humanoïde Nao. L’occasion pour eux aussi « de s’échapper » tous les quinze jours de la structure de jour du Centre psychothérapique Samothrace pour se rendre à Stéréolux.

Sophie Sakka en charge de l’association Robots! a appris aux adolescents à programmer Nao. « L’avantage d’un robot, c’est qu’il ne juge pas. Ce n’est pas un ami, c’est un outil qui est toujours là pour eux » a pu observer la chercheuse. Un avantage pour établir un lien avec ce jeune public qui a du mal à communiquer avec les autres. En plus des compétences informatiques qu’ils ont pu acquérir au fil des séances, les adolescents ont accepté de prêter leurs voix à Nao, le temps d’une histoire. Le robot leur a offert une vraie transition entre eux et les autres. « Ils ont eu envie de programmer Nao pour qu’il dise : “ Bonjour ou Je suis ton père ou encore des gros mots !” » s’amuse Cécile Liège, une artiste sonore qui a également participé à l’aventure.

Nao leur a ouvert les portes de la communication

Les six adolescents ont travaillé en binôme : pendant qu’un protégeait le robot, l’autre le programmait grâce à des « boîtes » à glisser dans une interface qui permet de faire assoir Nao, de le lever, de lui faire tendre le bras… Ils lui ont inventé une vie et ont eu aussi à faire face à une grande part de désillusion car le robot ne peut pas tout faire. « Notre but premier était que les jeunes puissent échanger et interagir… et cet atelier sonore a été bien au-delà de nos espérances puisqu’ils ont même accepté de faire dire une histoire à Nao avec leurs propres voix », constate l’orthophoniste du groupe Ronald Gaborian. Une chose encore impensable à réaliser pour eux, un an auparavant.

Virginie, la maman de Benjamin, 12 ans, a pu elle aussi remarquer les progrès de son fils : « Cette aventure avec Nao lui a permis de s’ouvrir sur l’extérieur. L’intégration au collège Paul Gauguin à Cordemais, s’est bien passée alors que nous appréhendions beaucoup. Benjamin souhaite désormais rester le plus possible avec « des enfants normaux », selon ses propres mots. Lorsque la psychomotricienne a diagnostiqué Benjamin comme un enfant autiste elle m’a dit que je serai sa main vers l’extérieur, aujourd’hui sa main, c’est Nao. »
Pour cette deuxième année de recherche, les professionnels de santé souhaitent savoir si les progrès vont perdurer et sous quelle forme ? Avec pour objectif d’établir un protocole et créer un réseau dans d’autres villes de France. Quant aux adolescents la question ne se pose pas, ils souhaitent poursuivre l’aventure et que Nao présente un spectacle en 2016 !

Stéphanie Morandière




mise à jour le 16 février 2016



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48 | Fax 02 40 99 52 99