Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



L'incroyable Arbre aux hérons s'enracinera dans la carrière Miséry [Vidéo]

L'ancienne friche industrielle du Bas-Chantenay va être transformée en un " jardin extraordinaire " qui accueillera la nouvelle création des Machines de l'île : un arbre monumental culminant à 40 mètres de haut face à la Loire, et d'où l'on pourra s'envoler à dos de hérons !


L'Arbre aux hérons s'enracinera dans la... par NantesMetropole
"Un arbre extraordinaire dans un jardin extraordinaire". C'est ce qu'a annoncé Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole, en dévoilant, jeudi 7 juillet, le lieu d'implantation de l'Arbre aux hérons. Ce nouveau projet fou des créateurs des Machines de l'île ne sera pas construit sur l'île de Nantes comme il avait été envisagé initialement, mais dans l'ancienne carrière Miséry, un site de 3,5 hectares "emblématique de l'histoire industrielle nantaise"  dans le quartier du Bas-Chantenay.

10 ans après l'ouverture des Machines, le 1er juillet 2007 sur l'île de Nantes, les incroyables mécaniques de Francois Delarozière et Pierre Oréfice vont donc franchir la Loire pour investir l'un des trois grands projets du coeur de la métropole nantaise de demain (avec l'île de Nantes et Pirmil les Isles). D'ici 20 ans, l'ancien quartier des conserveries doit en effet accueillir 1500 nouveaux logements et 70 000 m2 d'espaces économiques supplémentaires.



Un amphithéâtre naturel unique

Comme le Grand Elephant sur le parc des Chantiers en 2007, l'arrivée de l'Arbre aux hérons dans la carrière Miséry va marquer le renouveau du Bas-Chantenay. "Ce lieu est un écrin magique, un lieu onirique. Imaginer l'Arbre aux hérons, ici face à la Loire, à 400 mètres à vol de héron du Carrousel des Mondes Marins, c'est la meilleure idée du monde", s'enthousiasment les créateurs des Machines.

Située en contrebas du musée Jules Verne et d'un des plus beaux points de vue de la ville, l'ancienne carrière de granit offre un amphithéâtre naturel unique avec ses hautes falaises et la végétation qui a colonisé les lieux depuis la fermeture des brasseries de la Meuse en 1985. Un site idéal pour planter l'Arbre aux hérons, architecture monumentale de 40 mètres de hauteur et 50 mètres d'envergure, capable d'accueillir 450 personnes sur ses 22 banches !

La construction de cet arbre à rêves prendra au moins 5 ans, et deux ans d'études. Son financement - 35 millions d'euros - sera assuré par la Métropole nantaise et des partenaires privés. Pour que ce grand projet voie le jour, Johanna Rolland a en effet fixé un cadre : un tiers financé par la Métropole, un tiers apporté par des fonds privés et le tiers restant par d'autres partenaires publics (Etat, Europe, etc.). 50% du coût des études de conception (4 M€) sont est d'ores et déjà financés par des fonds privés, notamment par le Crédit Mutuel. Une quinzaine d'entreprises parrainent également des branches de l'arbre, à hauteur de 50 000 euros chacune. "Cela permet de lancer le projet", souligne la présidente de Nantes Métropole.

« Un jardin extraordinaire »

Visible en maquette dans la Galerie des Machines, l'Arbre aux hérons est une structure métallique de près de 2000 tonnes d'acier - l'équivalent d'un cargo ! - ponctuée de passerelles et de belvédères. De branche en branche, sur un parcours de près d'un kilomètre, les visiteurs pourront y découvrir d'étonnants jardins suspendus, mais aussi des insectes mécaniques. Au sommet de l'arbre, on pourra même embarquer sous les ailes de deux hérons géants pour un vol de quelques minutes dans le ciel de Nantes. Panorama imprenable sur la ville, la Loire, l'île de Nantes et le Bas-Chantenay !

Tout autour de l'Arbre, "un jardin extraordinaire" sera aménagé sur le site. "Le climat particulier de la carrière, protégée des vents d'Ouest et réchauffée par ses hautes falaises, permet d'y faire pousser des végétaux exceptionnels", assure Romaric Perrocheau, directeur du Jardin des plantes de Nantes. Par endroits, le site, en friche depuis plus de 15 ans, a déjà des allures de forêt tropicale. On y trouve une cascade, un laurier géant et même une grotte sortie d'un roman de Jules Verne !

Cet écrin de verdure, aussi grand que 5 terrains de football, "sera le point de départ de trois parcours sur le Bas-Chantenay", explique Marc Warnery, architecte-urbaniste du cabinet Reichen chargé du projet urbain  : "Le parcours du coteau va connecter les parcs du quartier à partir du square Schwob. Le parcours de la plaine va réinventer la rue des Usines. Le  parcours de la Loire, enfin, se développera au rythme des cales, de la carrière Miséry jusqu'à Roche Maurice pour multiplier les accès et les vues sur le fleuve."

Une visibilité mondiale pour Nantes


"Ce projet unique, né de la rencontre entre un projet urbain et un projet artistique, prouve que Nantes continue à avoir de l'audace", souligne Johanna Rolland. "Il relie tous les fils de notre projet pour la ville de demain : le tourisme, la nature en ville, la Loire retrouvée, la dimension "économique et la culture".

Cette nouvelle attraction donnera une visibilité mondiale à la métropole. Avec l'Arbre aux hérons, les Machines - site le plus visité du département avec 620 000 entrées payantes en 2015 - devraient atteindre le cap du million de visiteurs annuels. Les retombées pour l'économie locale et l'emploi sont évaluées à 35 millions d'euros.

En savoir plus

La grande maquette de l’Arbre aux hérons (échelle 1/10e) et une branche prototype de l'arbre sont visibles sur le site des Machines, Parc des chantiers, île de Nantes.

mise à jour le 11 juillet 2016



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48 | Fax 02 40 99 52 99