Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Des aménagements pour soulager le périphérique

Plusieurs chantiers sont lancés dès la rentrée pour améliorer la circulation sur les 42 km du périphérique nantais. Des scénarios d’aménagement à plus long terme doivent également être choisis fin 2016.

Aménagé progressivement entre 1972 et 1994, le périphérique nantais n’est plus vraiment adapté au trafic d’aujourd’hui. Aux heures de pointe, il sature. Certaines sections accueillent jusqu’à 100 000 véhicules par jour. « Avec le développement de l’aire urbaine, le trafic a augmenté en dix ans jusqu’à 28 % sur certains secteurs », explique Philippe Virouleaud, directeur adjoint de la DREAL en Pays de la Loire. Pour éviter l’engorgement, l’État a lancé un vaste programme d’études et de travaux avec la Région des Pays de la Loire, le Département de Loire-Atlantique et Nantes Métropole. L’objectif : optimiser le fonctionnement de l’anneau nantais à moyen et long terme. Certaines actions ont déjà donné des résultats, comme la création d’une troisième voie en périphérique extérieur sur le pont de Cheviré (lire encadré). D’autres chantiers sont engagés à partir de la rentrée.
  • Inondation du Gesvres. Dès octobre, les buses situées sous la piste cyclable longeant le périphérique Est au niveau de la porte de La Chapelle vont être supprimées. Objectif : faciliter l’écoulement du ruisseau afin de réduire le risque d’inondation. Pour assurer la continuité cyclable, Nantes Métropole va installer une passerelle vélo. La construction de la passerelle est en cours depuis début octobre mais ne sera achevée qu'au mois de janvier 2017. Pendant ce temps, un itinéraire de déviation vélo est mis en place entre le pont la Jonelière et le boulevard Martin Luther King.
  • Porte d’Anjou. Des feux vont être expérimentés à partir de l’automne afin de réguler les accès au giratoire de la Prairie-de-Mauves, en sortie de Nantes. L’enjeu : faire sauter les bouchons du soir occasionnés par les véhicules arrivant de l’A811 et prenant un raccourci pour rejoindre le périphérique intérieur.
  • Périphérique Nord. Une 3e voie (dite d’entrecroisement) va être créée dans chaque sens entre les portes de Rennes et d’Orvault, section la plus chargée du périphérique. Objectif : permettre aux véhicules entrant et sortant à la porte suivante de ne pas encombrer les voies centrales. Des mesures sont aussi prévues pour réduire le bruit. Les travaux (12,5 M€) débuteront cet automne pour une fin complète au printemps 2018.
  • Porte de Rezé. Les travaux d’aménagement débuteront en 2017 pour être au rendez-vous du nouveau MIN, attendu mi-2018 sur le parc Océane Nord. Le projet (6,5 M€ financés par Nantes Métropole) prévoit la création de deux giratoires dotés de bretelles d’évitement, d’un couloir de bus central et d’une passerelle pour permettre aux piétons et aux vélos de franchir le périphérique.
  • Porte de Gesvres. Plusieurs options ont été étudiées pour passer cet échangeur à 2x2 voies. Le scénario retenu après la concertation du printemps 2015 fait l’objet d’études approfondies pour réduire les emprises foncières du projet et son impact sur l’environnement. L’enquête publique devrait avoir lieu fin 2016, pour des travaux programmables en 2018.
Quelques minutes gagnées au pied de Cheviré
La DIR Ouest a livré un premier bilan des expérimentations menées en 2015 pour fluidifier le trafic autour du pont de Cheviré. Les feux installés au niveau des portes d’Armor, d’Atlantis, de Saint-Herblain et de l’Estuaire ont réduit la saturation de l’ordre de 3 à 15 %. De son côté, la 3e voie créée entre les portes de l’Estuaire et de Bouguenais a permis aux automobilistes de gagner 9 minutes en moyenne aux heures de pointe. Un dispositif similaire devrait être testé d’ici 2018 dans le sens sud-nord en périphérique intérieur.
En savoir plus : www.infocirculation.fr

Quel scénario à plus long terme ?

Afin d’anticiper la hausse attendue du trafic à l’horizon 2035, d’autres aménagements sont envisagés à plus long terme. 4 scénarios ont été étudiés. Chacun combine différentes mesures en matière environnementale, d’optimisation de l’existant ou d’aménagements nouveaux. Il est notamment envisagé d’élargir le pont de Bellevue, d’améliorer aussi les capacités du pont de Cheviré en périphérique intérieur, d’ouvrir les bandes d’arrêt d’urgence à la circulation à certaines heures avec une gestion dynamique, ou bien de créer des voies d’entrecroisement entre portes. Selon les variantes, les coûts peuvent varier de 92 à 213 M€. Le « parti pris d’aménagement » final sera choisi fin 2016, par les partenaires (État et collectivités locales), au regard de la concertation publique qui a eu lieu au printemps.

Ophélie Lemarié

mise à jour le 3 novembre 2016



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48 | Fax 02 40 99 52 99