Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Dernière ligne droite pour les communautés du Grand Débat !

Ce samedi 11 mars, alors que les "arpenteurs" effectuaient leur dernière expédition à la découverte d'innovations de transition énergétique, les "évaluateurs" ont rendu leur copie sur les politiques publiques. Retour sur une journée particulièrement dense du Grand Débat.

Image. Arpenteurs et évaluateurs, une dernière fois sur le pont avant la fin du Grand Débat.

9h30 à l'école d'architecture... ils sont 70 à s'être levés tôt pour la troisième et dernière expédition urbaine de la communauté des "arpenteurs". "Aujourd'hui, nous allons voir que la transition en architecture ne concerne pas que des matériaux innovants. Innover, c'est aussi s'intéresser aux matériaux locaux et aux circuits courts" annonce Gaëlle Delhumeau, directrice de l'ARDEPA - Association régionale pour la diffusion et la promotion de l'architecture - qui organise ces expéditions.

Innover en terre crue

Et la star de la matinée, c'est la terre crue, utilisée sur un chantier emblématique : l'atelier des espaces verts de la Ville de Bouguenais. "Déplacer la terre a un coût important sur un chantier de construction, pourquoi ne pas l'utiliser sur le site ?" souligne Loïc Daubas, l'architecte du projet. Autre avantage du matériau, il est simple à mettre en œuvre et a permis de faire travailler des personnes en insertion dans un chantier école.

La transition, c'est aussi des manières différentes de faire ensemble et notamment en collectif. A l'image du projet des Petits Moulins à Rezé, site d'habitat participatif également visité par les "arpenteurs" au cours de cette expédition. Un projet très novateur à son lancement en 2006 et plus largement décliné aujourd'hui avec plusieurs démarches sur la métropole.

Parmi les "arpenteurs", Pierrick se dit séduit par ses découvertes. "J'aimerais maintenant proposer des idées à mon employeur, pour faire évoluer la passoire énergétique dans laquelle je travaille !" Clément, en études d'ingénieur, imagine lui aussi concrétiser les nouvelles connaissances acquises durant ces expéditions au sein de ses prochains travaux d'étudiant.

Cette visite clôturait le cycle des arpenteurs. Au total, les trois expéditions du Grand débat ont accueilli quelques 150 participants. Les remarques des participants vont bientôt alimenter un cahier d'acteurs qui sera remis à la commission du Grand Débat.

Les évaluateurs rendent leurs copies

Sur la même matinée, à l'espace d'exposition de Nantes Métropole, les "évaluateurs" du grand débat livrent les conclusions de leurs travaux après 6 mois de travail. Ils ont visiblement tous pris leur tâche à cœur. Mais comment ont-ils vécu leur rôle ? Que pensent-ils des projets publics qu'ils ont étudié sur le plan de la réduction des consommations d’énergies ? Petit tour de table.

« Ce travail a nourri ma réflexion, l’a enrichi d’expériences, mais il a aussi été chronophage » dit Anne-Catherine, investie sur la Maison du développement durable de Rezé et l'éco-appartement de Bellevue. Karine, elle, n’était en rien férue d’éclairage public. Elle est désormais bien informée des avantages et inconvénients de l’extinction des lampadaires au cœur de la nuit. L’enquête menée par son groupe auprès d’habitants montre que « 80 % d’entre eux sont favorables à une coupure nocturne ». Yann a lui embarqué sur le projet de navibus à hydrogène, le futur bateau qui assurera la navette sur l’Erdre, entre Port-Boyer et les facultés. Son groupe préconise notamment de « favoriser la production d’hydrogène issu des énergies non fossiles et de mutualiser les moyens de production, de transport et de transformation de ce gaz » pour réduire les coûts.

Les élus vont se nourrir des analyses citoyennes

Plusieurs participants ont aussi découvert la mobilisation citoyenne à l'oeuvre grâce au Grand débat ; à l'image de Stéphanie, impliquée dans le projet de plateforme web de rénovation énergétique. "J'étais déjà personnellement engagée pour réduire ma consommation énergétique. Cette expérience a renforcé mon regard, et je me rends compte qu’on est nombreux à avoir cette démarche ».

Venue écouter les conclusions des "évaluateurs", Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole a souligné en conclusion : « Nous allons nous nourrir des travaux que vous avez menés, de vos analyses. Dans certains cas, nous monterons nos niveaux d’ambitions, mais, nous nous interrogerons aussi sur l’opportunité de poursuivre certaines autres actions ». Rendez-vous en décembre prochain pour découvrir le plan d'action métropolitain de la transition énergétique.

En savoir plus :

Pratique :

mise à jour le 21 mars 2017



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48