Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Conseil métropolitain du vendredi 16 décembre : l’avenir de la métropole se dessine

Le Conseil métropolitain s’est réuni le vendredi 16 décembre. Au menu : consultation internationale pour la Petite-Hollande, avenir des Bords de Loire, projets urbains des communes, transition énergétique et orientations budgétaires 2017 .

Deux grandes orientations voulues par Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole, et son équipe traduisent l’ambition et le cap métropolitains. La première concerne le cœur de Nantes et de la Métropole, avec la Loire comme dénominateur commun. Seconde orientation : la transition énergétique. « C’est le Nantes de demain et la nouvelle centralité métropolitaine que je veux dessiner. Et nous menons également des investissements de proximité pour améliorer la vie quotidienne des communes», explique Johanna Rolland. Un certain nombre de décisions prises lors du Conseil métropolitain du 16 décembre l’attestent.

Petite-Hollande et île de Nantes : un nouveau chapitre urbain
La Métropole va lancer une consultation internationale pour imaginer le futur visage des 130 hectares du site qui va du Bas-Chantenay au canal Saint-Félix en passant par l’esplanade Gloriette-Petite Hollande, les quais et voies sur berges et l’actuel site de l’Hôtel Dieu. Sur ce linéaire de 4 km le long de la Loire, « la reconquête de certains espaces est un des grands enjeux », souligne Alain Robert, vice-président aux projets urbains, qui précise « nous devons par exemple réfléchir à une alternative aux parkings de surface et à une réappropriation des rives ». Cette consultation se fait à l’échelle internationale afin d’attirer les meilleurs urbanistes et paysagistes. Quatre équipes seront d'abord sélectionnées sur dossier avant d'être départagées au cours d'une étape de dialogue avec la Métropole et un panel citoyen chargé de réfléchir aux usages actuels et futurs du site. L’accord-cadre qui en découlera sera signé pour 8 ans. Le lauréat sera connu fin 2017.
Autre actualité, le choix du groupement conduit par l'urbaniste-paysagiste Jacqueline Osty, accompagnée de Claire Schorter, pour assurer la maîtrise d’œuvre urbaine de l’île de Nantes pour les 8 années à venir. 

Doulon-Gohards : un nouveau quartier de ville à la campagne
En continuité du bourg de Doulon, un nouveau quartier va prendre son essor à compter de 2019. Sur 180 hectares, Doulon-Gohards accueillera quelques 2700 logements - dont 55% de logements sociaux ou abordables - ainsi qu'un pôle d'équipements publics comprenant groupe scolaire, centre de loisirs et gymnase. Son cœur commerçant sera l'actuelle place du vieux Doulon et son marché hebdomadaire : l'offre commerçante y sera confortée et modernisée. Originalité du projet, la création de 4 fermes sur 8 hectares : productions maraîchères, vergers et petits élevages alimenteront en circuits courts le territoire et ses alentours. Un projet qui bénéficie d'une reconnaissance nationale via le label "écocités, ville de demain". Avec 100 hectares classés en zone naturelle ou inondables, le projet fera aussi la part belle à la nature et aux cheminements piétons. "Ici, nous inventons de nouvelles formes d'habiter dans un projet complètement inséré dans l'histoire et la géographie d'une ancien bourg de Loire" souligne Alain Robert, vice-président aux projets urbains.
     
Les projets urbains avancent aussi dans les communes
Le Plan local d’urbanisme métropolitain (PLUM), en cours de réalisation, sera approuvé en 2018 mais déjà, les 24 communes et Nantes Métropole contribuent au projet commun. Illustrations concrètes sur les communes de Rezé avec la création de la ZAC du Vert Praud (635 logements dont 35 % en logements sociaux) qui comptera 4,5 hectares d'espaces naturels soit 30% de la surface ; Carquefou et la ZAC du Moulin-Boisseau créée sur une friche, celle de La Fleuriaye 2 où des bureaux seront remplacés par des logements (280) et qui prévoit aussi la création d’un quartier pavillonnaire au Charbonneau ; et Les Sorinières où la ZAC « Coeur de ville » est créée sur 2 hectares anciennement occupés par l'entreprise maraîchère Marais. À la clé : 180 logements, un nouveau pôle commercial de proximité et des espaces publics qui feront la part belle aux piétons et aux déplacements doux.

Réseaux de chaleur : la moitié des logements sociaux raccordés en 2020
Après une phase d'extension importante, les réseaux de chaleur comptent aujourd'hui 100 kilomètres et desservent plus de 20 000 logements, ainsi que de nombreux équipements (hôpitaux, bâtiments sportifs et d'enseignement…). Objectif d'ici 2020 : raccorder 10 000 logements supplémentaires, et « la moitié des logements sociaux, soit 20 000 logements sociaux », souligne Julie Laernoes, vice-présidente en charge de l'énergie. Pour atteindre cet objectif, le conseil métropolitain a confié à un délégataire, la société Idex, la création et l'exploitation du nouveau réseau de chaleur Nord Chézine, qui desservira trois communes : Nantes, Orvault et Saint-Herblain. «L’émission de 17 000 tonnes de CO2 par an sera évitée grâce à ce nouveau réseau de chaleur. Il s'agit aussi de relocaliser la production d'énergie au plus près de sa consommation.» Le coût du projet s'élève à 33M€, pris en charge par le délégataire.

Débat d’orientations budgétaires pour 2017 : 460 M€ d’investissements
Le budget de Nantes Métropole sera discuté et voté lors du Conseil métropolitain de février prochain. Lors du Conseil métropolitain du 16 décembre, le débat d’orientations budgétaires pour 2017 « doit permettre de vérifier que la stratégie financière définie par la collectivité sera bien respectée », explique Pascal Bolo, vice-président en charge des finances. « Notre choix politique est celui de maintenir le cap du développement pour favoriser un effet d’entraînement positif sur l’économie locale. » Nantes Métropole bénéficie d’une situation financière saine mais doit continuer à faire face à un contexte difficile, où se conjuguent une baisse des ressources et une demande croissante des habitants et des usagers pour plus de services publics. Pour 2017, 3 leviers permettent de soutenir un plan d’investissements très ambitieux : un plan d’économie de gestion avec un effort maintenu en 2017 ; un recours maîtrisé à l’endettement, inférieur à 7 ans de capacité de désendettement à la fin du mandat en 2020 ; et une hausse de la fiscalité, appliquée aux taxes d’habitation et foncière en 2016 puis à la cotisation foncière des entreprises en 2017.

Le budget 2017 portera sur 460 M€ d’investissements pour le territoire, avec par exemple la construction du MIN, la nouvelle école des Beaux-Arts de Nantes et les contrats de co-développement. Un montant inédit sur une année. 

mise à jour le 16 décembre 2016



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48