Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



100 entreprises labellisées « Capitale verte »

Nantes Métropole vient d’offrir le label « Capitale verte » à la centième entreprise du territoire.

Il ne reste que deux mois à toutes les autres pour déposer leur dossier de candidature. La condition sine qua non : qu’elles aient intégré le développement durable et l’environnement dans leurs activités, et mis en place une action concrète. Par exemple : créer une gamme d’écoproduits, travailler avec ses salariés sur la question des déplacements domicile-travail, modifier son process de fabrication afin de faire des économies d’énergie, trier ses déchets… L’objectif : accompagner ce vivier d’entreprises, qui sont aussi des ressources d’idées, afin qu’elles partagent expériences et pratiques, et les inciter à se regrouper. Autrement dit : poser une brique « croissance verte » au coeur de la métropole nantaise et ainsi préparer l’après-« année Capitale Verte ».

www.nantesgreencapital.fr


SLE, le bois qui marie économie et écologie

Thomas Perrin et Giovanni Marino
Thomas Perrin et Giovanni Marino

SLE pour « Société Loisirs Équipement » est une entreprise modèle qui carbure aux essences de bois depuis trentecinq ans. Et pour cause ! Le bois est sa matière de prédilection. À son actif, de beaux ouvrages d’extérieur en bois exotique ou en bois de pays. Tel, entre autres, le chemin surélevé à Lavau-sur- Loire, qui mène jusqu’à « L’Observatoire » imaginé par l’artiste japonais Tadashi Kawamata lors de l’évènement Estuaire 2007. Ou plus récemment : l’estacade du Mémorial de l’abolition de l’esclavage à Nantes, pour laquelle ils ont reçu le prix du Design. Passerelles bois ou métal, kiosques, belvédères, pontons, bardages pour renforcer l’isolation thermique des constructions… Tout est préparé à Sainte- Luce-sur-Loire dans l’atelier de SLE, quel que soit le projet à concevoir, de Bordeaux à Paris. « Nous sommes des concepteurstransformateurs qui prenons soin de la matière bois, déclarent Thomas Perrin et Giovanni Marino, respectivement dirigeant et directeur d’exploitation de SLE. En minimisant les déchets, nous utilisons durablement la matière, sans nous en rendre compte, et de fait nous réduisons nos coûts. L’équation est simple ! » Convaincue, SLE, qui a choisi d’allier économie et écologie, est aujourd’hui la centième entreprise labellisée « Capitale verte ». « Nous souhaitons, grâce à ce label, rencontrer d’autres chefs d’entreprises qui défendent les mêmes convictions que nous », soulignent les codirigeants de SLE.

Cécile Faver

www.sle.fr


Asea, pour des entreprises responsables et performantes

Annie Sorel
Annie Sorel

Asea est une pionnière dont le cheval de bataille : le « Made in Territoires ». Comment développer un réseau de fournisseurs locaux ? Comment créer des passerelles entre petites et grandes entreprises ? Comment optimiser les achats au sein d’une entreprise ou d’une institution ? L’heure est au pragmatisme. L’agence d’éco-achats Asea, fondée il y a cinq ans à Nantes par Annie Sorel, et son réseau d’experts accompagnent les chefs d’entreprise et les acheteurs pour retricoter leurs stratégies d’achats et gagner en performance durable. « C’est un process d’innovation qui permet de connecter les entreprises aux territoires où qu’elles soient dans le monde, explique Annie Sorel, en d’autres termes, c’est « agir local, penser global ». Le cheval de bataille économique d’Asea en cache…deux autres. Sociétal : intégrer des personnes handicapées au sein d’une entreprise, s’engager dans des relations commerciales qui améliorent les droits sociaux des travailleurs du Sud, etc. Et environnemental : diminuer les impacts sur l’environnement à chaque étape du cycle de vie d’un produit acheté, réduire les emballages, favoriser des modes de transports économiques et non polluants… « On peut créer de la valeur avec des valeurs ! » affirme Annie Sorel. La labellisation Capitale verte d’Asea lui permet aujourd’hui de valoriser le premier guide pratique paru en France pour comprendre les achats responsables.

Cécile Faver

www.ecoachats.com


Hydé Clean, le bon filon de l’or bleu

Agnès Pineau et Jacques Cochin
Agnès Pineau et Jacques Cochin

Hydé Clean a tout d’un jeune aventurier, à l’écoute de la planète Terre, qui roule à vitesse modérée, en fonction de la météo économique. Déjà cinq ans qu’Agnès Pineau et Jacques Cochin ont cofondé Hydé Clean. Comment prendre soin d’une voiture et la laver sans consommer d’eau ? Hydé Clean a trouvé la solution de la vapeur et n’utilise qu’un litre et demi à trois litres d’eau maximum pour laver une voiture. Au lieu des cent cinquante litres habituels ! « On ne peut plus se voiler la face ! lance Jacques Cochin d’Hydé Clean. C’est la solution de demain, parce que demain, l’eau sera un trésor en or.» Pour anticiper le futur de cet « or bleu », Hydé Clean, une équipe de sept personnes , s’est niché à Saint-Herblain et à Nantes, et navigue, grâce à son unité mobile, de Carquefou à Saint-Sébastien-sur-Loire. Des entreprises de toutes tailles, tels par exemple des concessionnaires automobiles, et des particuliers n’ont pas hésité à devenir de fidèles clients. « Nous nous réjouissons qu’Hydé Clean soit labellisé Capitale verte, souligne Agnès Pineau, parce que cela nous tenait à coeur de valoriser la réduction de consommation d’eau autant que la création d’emplois ». Sans oublier qu’Hydé Clean suit une piste sérieuse d’avenir : ouvrir un centre de formation, adossé à l’entreprise, et travailler avec des chantiers d’insertion en 2014.

Cécile Faver

www.hydeclean.fr


Quo Vadis, des agendas made in Carquefou

Nathalie Pitiot
Nathalie Pitiot

Quo Vadis aime les décalages horaires. Ouverte sur le monde, la célèbre marque prépare déjà ses gammes d’agendas (9 millions par an), de calendriers, de répertoires, de carnets de notes… pour l’année 2014 et l’année 2015, des produits fabriqués en série, destinés aux particuliers, ou conçus sur mesure à des fins publicitaires. Tout en exportant sur les cinq continents, récemment en Chine et en Russie, ceux qui viennent tout juste d’être imprimés, façonnés, assemblés et reliés à Carquefou, le seul site de production en France. Drôle d’endroit que les ateliers de Quo Vadis ! Où sont installés de nombreux bacs colorés, servant à trier différents types de déchets (gobelets, papiers, cartons, emballages plastique, cônes de couture, compost alimentaire…). Le résultat : 90 % des déchets intra-entreprises sont recyclés. Mais ce n’est pas la seule action engagée par Quo Vadis, qui a fait de la préservation de l’environnement un credo. Certifications « traçabilité des papiers », label « Origine France garantie », économies d’énergie, gamme de produits éco-conçus depuis 2009… « Nous nous sommes engagés naturellement sur la voie du développement durable, sans chercher à concrétiser quoi que ce soit, explique Nathalie Pitiot, ingénieure sécurité-environnement au sein de l’entreprise Quo Vadis. Tous les salariés sont impliqués depuis longtemps et ont pris de nouvelles habitudes. De fait, la labellisation Capitale verte est une reconnaissance pour nous tous. » Une juste reconnaissance avant les 60 printemps de Quo Vadis l’année prochaine.

Cécile Faver

www.quovadis.eu


Qivivo, pour garder la main sur sa facture d’énergie

Adrien Suire
Adrien Suire.

Qivivo détient un trésor : une collection de drôles de petites boîtes, qui ont tout d’un carré magique, les « Qibox ». « Dis-moi comment tu chauffes ta maison, et je te dirai comment la chauffer plus efficacement », tel est leur message. « On sait que 65 % d’une facture d’énergie vient du chauffage. Une Qibox aide un foyer à faire des économies d’énergie en lui apprenant à réguler son chauffage, sans altérer son confort », explique Adrien Suire, dirigeant et cofondateur de la start-up nantaise Qivivo (qui signifie « l’énergie de vivre »). Doublement connectée (sans fil à Internet et avec fil au système de chauffage, électrique, au gaz, au fioul, par chaudière ou par pompe à chaleur), une Qibox chauffe une maison ou un appartement seulement quand il faut, en fonction du planning du foyer, des prévisions météorologiques, ainsi que des apports solaires et des variations thermiques des appartements voisins qu’elle a anticipés. Ce qui fait de Qivivo, créé en septembre 2012, le seul fournisseur d’économies d’énergie du territoire métropolitain. « Je suis un “ vert-bâtisseur ”, qui a la conviction qu’on peut créer des emplois (Qivivo est constitué d’une équipe de huit trentenaires, ndlr) en respectant l’environnement. Et en innovant ! lance Adrien Suire. Maintenant que nous sommes labellisés Capitale verte, nous avons plein d’idées en tête. Comme, par exemple, organiser des “ Journées portes ” pour rapprocher les habitants de Qivivo ou créer une Cantine “ green ” pour nous regrouper. » Qivivo verra…

Cécile Faver

www.qivivo.com

(Les Qibox sont en précommande sur la plateforme de crowdfunding Indiegogo jusqu’au 31 décembre 2013).


mise à jour le 26 juillet 2016



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48 | Fax 02 40 99 52 99